Québec encadre l’usage des pesticides «néonics»

Fertisym > Nouvelles > Québec encadre l’usage des pesticides «néonics»

La critique la plus virulente à ces modifications vient des Producteurs de grains du Québec (PGQ), dont le chiffre d’affaires de 1,3 milliard de dollars est notamment lié aux semences traitées aux néonicotinoïdes.

Les rendements agricoles ne seraient pourtant affectés que dans 5 à 10 % des cas, selon des études réalisées par le Centre de recherche sur les grains (CÉROM), dont le conseil d’administration est également présidé par M. Overbeek. Des modèles prédictifs ont aussi été élaborés par le CÉROM pour éclairer la décision des producteurs selon le niveau de risque dans les champs.

Québec compte investir 14 millions de dollars pour en arriver à réduire l’utilisation de ces pesticides et faciliter l’adaptation à ces nouvelles mesures, rappelle le communiqué diffusé par la ministre Melançon.

Le grand oublié de cette stratégie demeure le glyphosate, principe actif de 44 % des ventes de pesticides au Québec. Des ventes qui pourraient continuer d’augmenter si l’atrazine est tout simplement remplacé par le glyphosate, fait remarquer la scientifique de la Fondation David-Suzuki. « Il y a des moyens de faire autrement, il faut investir pour trouver de meilleures pratiques et réduire la pression sur nos écosystèmes. »

Consulter l’article ici : Québec encadre l’usage des pesticides «néonics»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *